valerie jean biographe

L’eau et le feu

Récit de vie

Un roman autobiographique de Léa Hautoire accompagnée de Valérie Jean Terra édité en éditions familiales.

Quatrième de couverture

La passion d’un amour dévorant

L’intensité des sentiments dévoilés dans ce récit montre la force des blessures que l’amour passionné peut engendrer. Le livre dévoile aussi combien les personnes acceptent d’être contraintes durablement par la puissance de leur attachement.

Le livre est une bouteille à la mer

Léa dévoile son histoire. Elle jette une bouteille à la mer pour que Julie, restée ancrée dans son cœur, sache combien elle l’a aimée.Comme souvent dans les ruptures amoureuses guidées par la passion, les émotions sont exacerbées et il est difficile de se parler ; les reproches s’enveniment et le dialogue est coupé.
Ce livre représente pour Léa le moyen d’adresser des paroles à Julie. C’est essentiel pour elle, pour se reconstruire, l’aider à prendre du recul sur leur relation, car même si la douleur s’est atténuée, elle reste là tapie au creux de son âme. Julie ne lui a pas laissé le temps de déposer ses mots et les résumer à une seule lettre ou un message vocal était les restreindre.

Léa souhaite garder l’anonymat pour se préserver, car outre d’écrire son histoire intime, son livre est également un témoignage sur la difficulté à être aujourd’hui homosexuelle malgré la croyance factice que les mœurs sont libérées.

Extraits du livre l’eau et le feu

L’écriture une compagne depuis l’enfance

Je devais avoir huit ans quand j’ai commandé une machine à écrire pour Noël. Ce fut le plus beau cadeau de mon enfance. À un âge où j’apprenais à écrire, je me rappelle que j’éprouvais beaucoup de plaisir à envoyer mes premières cartes postales. Je découvrais ce mode d’expression de soi. J’ai vite compris que l’écriture pourrait m’aider à exprimer mes idées personnelles et ma singularité. Mon journal intime a été un exutoire. Le recours à l’écriture a été pour moi une bouffée d’oxygène, car j’ai été souvent rejetée par des personnes de ma famille pour mes différences. Ce besoin de m’affirmer a été si fort que depuis mon adolescence, j’écris avec de gros caractères.

l’illétrisme un fardeau

Mon père, lui, ne s’intéressait pas à mon écriture, et pour cause : il ne savait pas lire ni écrire. Je n’avais pas connaissance de son illettrisme, lorsque je déposais régulièrement devant lui mes cahiers d’exercices. Il n’y prêtait pas du tout attention. Cela lui arrivait même de repousser mes carnets. Je pensais alors qu’il ne m’aimait pas. J’essayais d’obtenir de sa part une marque de reconnaissance en lui montrant avec insistance mes écrits. J’ai cessé d’agir de cette façon, à l’adolescence, le jour où ma mère m’a appris que mon père était illettré. Elle était d’ailleurs surprise que je ne m’en sois pas rendu compte plus tôt, et moi j’étais étonnée qu’elle ne m’ait pas donné cette information avant.

L’écriture un moyen d’évasion

J’ai la chance d’aimer écrire, et ce média m’apporte des bienfaits que je n’ai pas avec d’autres moyens de communication. En effet, mes pensées deviennent plus claires lorsque j’écris, je reformule avec calme et réflexion les situations que j’ai vécues. L’écriture me permet aussi de m’évader en immortalisant des moments que je n’ai pas envie d’oublier. Finalement, écrire a toujours été important pour moi. Je prends la plume pour me souvenir des moments joyeux et me distancier des émotions négatives ancrées en moi lors d’évènements douloureux. Ainsi, je peux plus facilement adresser des messages aux personnes qui m’ont fait du mal et qui étaient censées m’aimer.

à propos de l’attrait pour la nature

Des vacances rurales

Avec des membres de ma famille, j’allais quelquefois dans le Massif central. Ma mère voulait absolument voir des vaches salers avec des cloches. Je ne sais pas pour quelle raison, je sais seulement que mes parents ont toujours été habitués à vivre en compagnie des animaux, car ils ont vécu essentiellement à la campagne.

Enfant, je les accompagnais lorsqu’ils aidaient un oncle à guider ses vaches lors de leur déplacement d’un pré à un autre. J’ai eu l’occasion d’apprendre à traire cet animal. Et c’est loin d’être facile d’extraire manuellement du lait de la mamelle en exerçant une pression sur les trayons du pis. Je m’occupais aussi d’une biquette, je lui donnais à manger, je nourrissais également les volailles avant de ramasser leurs œufs. J’ai vu mes parents trancher avec une hache le cou des canards qui se déplaçaient encore bien que leur tête soit coupée. J’étais horrifiée par ce spectacle, et je les traitais de meurtriers. J’étais incapable de manger la viande des animaux qu’ils tuaient, car je revoyais le nez dans mon assiette leurs gestes cruels. Je préférais de loin assister à la naissance d’un chevreau.

Ma mère m’expliquait que c’était important d’avoir un élevage et un jardin pour se nourrir. Mes parents étaient nés à la fin de la Seconde Guerre mondiale. Leurs familles respectives avaient connu les restrictions. On leur avait probablement transmis cette idée qu’il fallait impérativement s’autosuffire.

La pêche au grand air

Enfant, j’accompagnais mon père et mon frère lorsqu’ils allaient pêcher. Je me souviens avoir été jalouse que mon frère ait la possibilité de partager un temps privilégié avec mon père. Je voulais moi aussi faire une activité avec lui, quitte à rompre leur complicité. Ayant grandi dans une maison située à proximité des marais, il fallait traverser des prairies inondables en hiver, pour rejoindre la rivière. C’est à ce moment-là que j’ai fait mes premiers pas dans la végétation sauvage. Je me souviens que mon père me répétait de faire attention aux endroits où je posais les pieds. Je n’étais pas rassurée à l’idée de marcher sur un sol humide, surtout après avoir entendu mon frère me dire que je risquais de voir des vipères. Pour autant, j’étais convaincue que mes bottes me protégeraient des morsures des reptiles. Je m’abstenais de me plaindre, quand bien même j’étais fatiguée par cette longue marche, car j’avais insisté pour les accompagner à la pêche.

j’avais déjà découvert des endroits loin de chez moi, que j’arpentais pour le plaisir des yeux, où j’appréciais pleinement le moment présent.

l’adolescence les premiers grands paysages

À l’âge de seize ans, lors d’un camp itinérant, j’ai contemplé pour la première fois des paysages montagneux. C’est du village de Gavarnie que j’ai admiré la plus haute cascade d’Europe. Au cours de ce séjour, j’ai grimpé jusqu’au refuge de Goriz, situé au pied du mont Perdu, à 2 160 m d’altitude. Ce troisième sommet des Pyrénées est décrit comme le point culminant du site d’Ordesa.

Comme toi, j’ai eu l’occasion de dormir en pleine montagne et d’approcher de près les nuages. Je me souviens que les moniteurs avaient cru apercevoir un renard près de notre campement. J’aurais pu être effrayée, mais je n’ai pas relevé, allongée sur mon tapis de mousse prête à me blottir dans les bras de Morphée. Je me suis endormie rapidement tellement j’étais épuisée par les longues heures de marche. Je ne savais pas en ce temps-là me prévenir des cloques et en rejoignant la vallée, je boitais, car je n’arrivais plus à poser un talon au sol. En me déchaussant, j’ai découvert avec horreur que la cloque enflée était remplie de sang… tu n’étais pas encore à mes côtés pour me prodiguer des conseils de marche !

La randonnée, les pas de la liberté

À l’âge adulte, lors de vacances, j’ai randonné à nouveau dans ce parc national en partant d’un village espagnol. Noémie, ma compagne de l’époque, connaissait cet éden qu’elle souhaitait absolument me faire découvrir. Après plus de trois heures de marche, je m’émerveillai lorsque j’aperçus enfin les nombreuses cascades et les ruisseaux qui nous encerclaient.

J’ai eu l’occasion d’admirer d’autres paysages de montagne en été, notamment dans la vallée de la Maurienne. C’est là que j’ai entendu pour la première fois le son du cor des Alpes, un instrument de musique à vent qui permet de communiquer à distance. J’apprécie toujours de découvrir des coutumes locales afin de les faire connaître à mon entourage, ce qui égaie les conversations.

Et mon entourage au détour de mon chemin de vie, ce fut toi et j’aurais tellement aimé te faire découvrir mes paysages.

Tu aurais beaucoup aimé déguster des fromages fermiers, lors d’une virée jusqu’au plateau du Semnoz, dans le massif des Bauges, à proximité d’Annecy. Ce magnifique point de vue qui s’ouvre sur la chaîne du Mont-Blanc, où le regard se pose sur l’horizon grandiose.

J’aurais aimé t’emmener en hiver, voir le lac des Mines d’Or situé dans la région Auvergne-Rhône-Alpes. J’ai été subjuguée par la clarté de son eau dans laquelle les montagnes se reflétaient. J’avais parcouru plusieurs kilomètres à pied avant d’arriver au lac. J’étais fière d’avoir réussi à marcher aussi longtemps dans la neige. J’avais adoré m’allonger à mi-chemin sur le manteau neigeux et sentir le contact direct avec la nature. Seule au monde, je ressentais alors que cet espace naturel immense m’appartenait. Je comprenais alors que tu puisses ressentir une impression de liberté lors de tes excursions. Un sentiment de plénitude m’a envahi quand j’ai survolé des paysages de montagnes en ULM ou en parapente…


Le caractère intimiste et confidentiel du reste de ce livre ne peut être partagé. Toutefois un autre extrait peut être lu sur la page dédiée aux biographie que je réalise sur mon site ecrire.coach

Related Posts

  • "Et le meilleur reste à venir" , une biographie écrite avec Guy Lavo, un agriculteur plein de ressources qui nous raconte comment il a été amené à devenir un inventeur génial dans l'agriculture puis dans l'industrie. Cela malgré des trahisons familiales et amicales. Editions Scripta-Biographie de Guy LAVO et Valérie…
    Tags: l, j, d, ai, m, extraits, livres
  • Les couleurs de ma vieLivre "Les couleurs de ma vie" Une biographie qui raconte l'enfance et la jeunesse de Brigitte sur un fond de paysages ensoleillés méditerranéens où insouciances et déchirements s'entremêlent.   Extraits du livre "Les couleurs de ma jeunesse". Les années de guerre Les années de guerre vont encore accélérer les changements…
    Tags: l, d, j, extraits, livres
  • Une biographie que nous offre Mava Trebah dont je n'ai fait que la correction. Elle nous révèle les tourments d'une jeune femme atteinte d'une maladie psychiatrique et qui tente de revenir à une vie normale, où il serait possible d'avoir cet enfant désiré, qui devient l'enfant de papier. Extrait de…
    Tags: l, d, j, ai, extraits, livres
  • L'héritage invisibleL'héritage invisible pour une Renaissance perceptible Un livre de Gerty Foucault accompagnée de Valérie Jean Terra qui retrace sa quête d'apaisement et de pardon. Gerty nous livre la souffrance viscérale reçue de ses ancêtres esclaves, la colère ressentie à la mort de sa mère, pilier de sa vie et enfin…
    Tags: d, l, m, ai, j, extraits, livres
  • La sauvageonneUn roman autobiographique Un récit de vie de Jacqueline Paris accompagnée de Valérie Jean Terra édité en éditions familiales. La sauvageonne de Jacqueline Paris Quatrième de couverture de "La sauvageonne" Des 7 blessures fondamentales que l’on peut subir dans son enfance, Jacqueline, survivante d’une enfance ravagée, a montré une résilience…
    Tags: me, l, d, j, m, extraits, livres
  • Tu dois mourir à ce monde avant de mourir avec ce mondeL'aventure passionnante de Pascal, le narrateur, nous emmène pas à pas vers la transformation profonde de sa personnalité, de son être tout entier Extraits de texte Attention, ces extraits sont choisis et ne constituent pas l'intégralité du texte Préambule Depuis tout petit, je me sens guidé, une intuition intérieure m’interpelle…
    Tags: l, j, me, d, m, ai, extraits, livres
  • Un recueil biographique réalisé avec Léopold. L'enfance d'un petit gars du marais avec ses joies, se jeux, ses peines et son travail...Un touchant récit dans lequel se retrouveront nombre d'adultes ayant grandi à la campagne. Fontordine, ma maison 9 livres et demi... c’est mon poids de naissance ! Ah bien oui,…
    Tags: l, d, j, m, me, ai, extraits, livres
  • Un recueil de nouvelles sexuelles livrées par une jeune femme qui m'a demandé de l'accompagner pour écrire ses fantasmes . un exercice difficile mais qui change de la routine!
    Tags: extraits, livres
  • Zora, Mon amour"Zora, Mon amour" Biographie Extraits du livre "Zora, Mon amour" « Et voici Constantine, la cité phénomène, Constantine l'étrange, gardée comme par un serpent qui se roulerait à ses pieds par le Rhumel, le fantastique Rhumel, fleuve d'enfer roulant au fond d'un abîme rouge, comme si les flammes éternelles l'avaient brûlé.…
    Tags: me, l, j, m, d, ai
  • Mon combat"Mon combat", un livre de Solange accompagné de Valerie Jean Biographe Valérie Jean biographe a accompagné Solange dans l'écriture et la correction de son tapuscrit, par la restructuration de son texte, la correction orthographique et grammaticale et le chapitrage. Solange, petite togolaise a grandi dans cette Afrique dure et merveilleuse…
    Tags: j, l, me, d, m
  • Le valet de coeur emporte la dame de carreauUne biographie réalisée grâce à une quarantaine d'heures d'écriture et d'entretiens. Extraits choisis Le temps de l’école À cette époque là dans nos campagnes, il n’y avait pas de cours en maternelle et les enfants intégraient l’école à six ans. Quand je suis entrée au CP, l’institutrice Mme A devait enseigner…
    Tags: j, d, l, ai, m, me
  • COMMENT JE SUIS DEVENUE ECRIVAIN-BIOGRAPHE ? Pour mieux me connaître, parcourez ce paragraphe qui décrit mon parcours pour devenir biographe familial et venez me voir sur mon blog Ma ligne de vie - devenir biographe ! Née en décembre 1958, en Seine et Marne dans une petite ville ouvrière, je…
    Tags: d, l, j, me
  • Biographie "Sous les épines se cachent les roses" écrite en collaboration avec Annie Un récit courageux d'une femme qui s'est battue, échelon après échelon pour devenir une femme d'affaires avertie. Cette réussite a pour autant laissé une marque de culpabilité de ne pas s'être assez occupé de ses enfants. ce…
    Tags: l, d, j, me
  • Au nom du père"Au nom du père" de François Jaladeau et Dany Co-auteurs, frères de nouveau réunis, Dany et François nous livrent une saga familiale. Dany raconte et François écrit complétant l'histoire de son propre récit de vie. François Jaladeau n'est plus un débutant puisqu'il signe avec ce livre son quatrième ouvrage qui…
    Tags: d, l, m, me
  • L'envolLe livre  "L'ENVOL" de EUQINIMOD Corrections d'un livre en collaboration avec Dominique. Ce travail a nécessité 11h30 de réécriture. L'histoire courageuse et exemplaire qui lutte à la fois contre la maladie et contre la manipulation d'un homme qui dit l'aimer. EXTRAITS DU LIVRE Préface L’écriture de ce livre m’a permis…
    Tags: me, j, m, d, l